lundi 9 décembre 2013

Vintage Power

Chère Chicks,

La naissance de bébé m'a permis de prendre une méga résolution : je vais essayer (du plus que je peux), d'acheter local ou usagé. Bref, j'essaie de virer Zara et de dire bonjour aux friperies.

Mon problème a été pendant un moment que je n'osais pas trop sortir seule avec le bébé, mais que je j'avais un rush de magasinage.

Et en ligne, il n'y a pas grand chose sauf du neuf.

Mais je suis tombée sur Vintage Boat People. Super, mais vraiment super site de vêtements vintages en très bon état. Surtout pour femmes (Yay) on y trouve tant des vêtements que des manteaux, accessoires et chaussures. Une autre partie du site est consacrée à de magnifiques items à fourrure.

Les prix sont raisonnables pour la qualité des trouvailles. Chaque item est décrit et pris en photo sous différents angles. Il n'y a pas vraiment de retours possibles, mais toutes les grandeurs et les défauts sont bien expliqués.

Il est à moâ!!


Petit plus, les filles derrières le site sont (selon un échange de courriel) vraiment sympathiques. Et la livraison est offerte dès 75$ d'achat.

Seul bémol, la recherche est assez ardue, outre la division top-bas-manteaux (...), il faut fouiller pour trouver l'objet de notre désir!

En attendant d'autres trouvailles,
Restez zen!

FD

mardi 1 octobre 2013

La vie avec un bébé c'est...

Chère Chicks,

J'expérimente la vie de maman depuis presque 4 semaines. Voici mes constatations.


La vie avec un bébé c'est...

Être multi-task!
  • Vivre avec une main
  • Faire de lavage... aux deux jours
  • S'habiller pareil souvent
  • Rêver à des nuits où on peut dormir 4h de suite
  • Ne plus faire «beurk» quand on te vomit/fai pipi/ fait caca dessus
  • Être heureuse quand on réussit à faire une grosse tâche pendant la journée
  • ... et se dire que ça vaut la peine quand même!
En attendant que j'aille plus d'une main pour écrire,

Restez zen!

FD

dimanche 8 septembre 2013

Histoire vraie, ou la tyrannie de l'allaitement

Chère Chicks,

Que celles qui n'ont pas été allaitées s'en aillent faire une crise à leur mère, et que celles qui décideront de ne pas allaiter leur enfant sachent qu'elles s'exposent à une honte innommable.

...

Non, je ne le pense pas, mais c'est sincèrement l'impression que donne la nouvelle tendance pro-allaitement maternel.

J'ai décidé de prendre les cours prénataux offerts par mon CLSC. Pas très enthousiaste j'étais, mais comme je n'ai pas vraiment lu au sujet de l'accouchement et tout, je me suis dis qu'il pouvait être pratique d'avoir un résumé des points essentiels à savoir. Bref, je me pointe au premier cours. Sujet : l'allaitement. Pendant deux heures.

Après s'être présentée, l'infirmière demande si tout le monde dans la salle veut allaiter. Je vous laisse lire la suite dans le dessin, après qu'une participante ose dire qu'elle ne veut pas allaiter.



Ainsi, après 5 minutes dans la classe, j'avais déjà une furieuse envie de sortir. Parce que comme pour ce qui est de mon corps/mon ventre/pas touche, je pense qu'avec mon corps/mes seins, j'ai le droit de décider ce que je fais. Et que les autres mères aussi.

Le cours a été une suite de renseignement historiques (depuis combien de temps les femmes allaitent? Ouiiiii, depuis le début de l'humanité!!!!) et de tableaux comparatifs sur les bienfaits de l'allaitement par rapport au lait en poudre (avec, oui oui, tous les noms scientifiques de toutes les protéines et autres que permet de donner le lait maternel). Dieu merci, à la fin, on a eu droit à une vidéo expliquant comment se positionner pour allaiter, enfin quelque chose de pratique.

Bref, autant dans le cours que dans la vie (selon les expérience vécues d'amies), ne pas allaiter semble condamner la femme au statut de mauvaise mère. Peu importe que la mère produise trop peu de lait, souffre, n'a pas assez de temps pour vivre ou autre raison. Heuuuuuu.....!!!!????!

Bref, je suis pour le libre choix.

Le cours suivant, l'infirmière commence par nous demander si on a des questions sur l'allaitement et nous fait un résumé des points importants sur l'allaitement. J'ai fait un GROS contrôle sur moi-même pour ne pas hurler de rire. Avec assez peu de succès, mais bon.

En attendant la fin de cette montée de lait virtuelle et le début de celle réelle,

Restez zen!

FD

mardi 3 septembre 2013

Pas touche!

Chère Chicks,

J'ai découvert que être enceinte, c'était perdre son droit de propriété sur son ventre.

Mes amis et ma famille se souviennent que mon corps m'appartient et me demandent avant de me toucher le bedon. La plupart du temps je dis oui, ou je dis d'attendre que bébé bouge. Et des fois, ça ne me tente juste pas.

Mais on dirait que le droit de propriété devient facultatif avec des inconnus. Pourquoi, je ne sais pas. Mais quand je parle à quelqu'un que je ne connais pas ou peu et que ladite personne me touche le ventre, je trouve ça franchement désagréable. Parce que oui, il a beau être gros et habité, mon ventre est et reste dans le petit espace qu'est ma bulle. Ergo, pas touche!

Bref, j'aurais dû me faire faire un chandail comme ça.



En attendant un retour à la normale,

Restez zen (malgré tout!)

FD

mercredi 28 août 2013

TPL, ou le site qui me permet de lire sur la grossesse sans partir en panique

Chère Chicks,

Plus que quelques jours/semaines (c'est beau la vie quand on ne sait pas quand un va faire une petite visite à l'hôpital et en revenir avec un être humain en plus) avant l'accouchement. Si je ne suis pas tombée dans les millions de livres parlant de la grossesse parce que


  1. Si oui, chaque grossesse est différente, selon moi lire un millions de livre parlant du même thème doit devenir redondant à un moment donné et
  2. Je veux profiter du temps que j'ai pour moi pour lire plein d'autres choses


j'ai tout de même filé sur Internet quand j'avais des questions. Et je suis devenue une grande amie des sites comme Maman pour la vie.

Des sites comme ça pour le côté pratique c'est super. Mais j'ai aussi découvert un autre site québécois absolument génial (pas que pour les trucs de grossesse d'ailleurs) qui traite d'autres éléments essentiels (comment s'habiller? comment ne pas se ruiner en trucs de bébé?) pendant les 9-10 mois avant l'arrivée de bébé. J'ai nommé TPL. J'ai tellement ri, et pris des notes, et me suis reconnue dans certains traits moins glorieux de femmes enceintes. À lire!


En attendant la délivrance (on dit ça pour le bébé ou pour la femme?),

Restez zen

FD

jeudi 8 août 2013

Sharkmovies : les navets que l'on aime!

Chère Chicks,

Dans la vie, il y a les films classiques, les excellents, ceux que l'on réécoute pour en saisir toutes les nuances. Ceux qu'il est de bon ton d'afficher dans son salon. Ceux qui permettent de soutenir une conversation distinguée.

Et il a les films à cacher derrière les classiques, que l'on visionne normalement avec un peu d'alcool, de la fatigue, et des copains. Mes classiques «série Z» sont personnellement Red Dawn (ou comment une bande d'ados mettent à mal une invasion russe dans un patelin perdu des USA)

   

 et Snakes on a train (oui oui, vous avez bien lu!).

 


Tout cela pour dire que récemment, on m'a mentionné deux autres merveilles du genre, que j'aimerais bien essayer de trouver. Il semble que les requins soient maintenant depuis longtemps un sujet à la mode. Non non, pas UN grand méchant requin à la Jaws, mais des assemblages assez imaginatifs (voir les noms desdits films). Parce que des requins dans la mer, c'est bien beau, mais après être sortis de l'eau, le danger est passé. Comment faire pour remédier à ce problème technique? 

Solution 1 : faire voyager les requins via des tornades. Avec Sharknado, nul n'est à l'abris des requins, peu importe où! En effet, non seulement un patelin est envahi par des tornades dévastatrices... mais en passant dans la mer, les tornades prennent des requins qu'elles relâchent un peu partout en ville.  Attention, requins volants!



Solution 2 : permettre à un requin de marcher. Dans le film aux effets spéciaux bluffants Sharktopus, un scientifique sympathique a créé, pour l'armée, une créature mi-requin, mi-pieuvre. Bref, une «patente» qui va dans l'eau, mais qui peut aussi (allez savoir comment), en sortir pour bouffer des gens sur un bateau ou dans une petite crique par exemple. Charmant.



Mais il y a plus! Attention amateurs de films de requins, Cinemassacre a fait une compilation des 40 «meilleurs» films mettant en vedette ces effroyables terreurs des mers (et glace, et sable, et rivières, et lacs, et...). 





De quoi passer le temps pendant un long moment!

En attendant d'autres films de série Z,

Restez zen (et entiers!),

F.D.



vendredi 26 juillet 2013

Vêtements S, puis M, puis L : magasiner pendant sa grossesse

Chère Chicks,

Ces derniers mois ont été durs pour ma garde-robe : à mesure que mon ventre grossissait, ma garde-robe se réduisait. Oui, avoir un bébé, c'est aussi prévoir des dépenses de vêtements de maternité. 

Ce qui peut faire faire un gros «gloup» et un trou assez considérable dans un budget. Chez Thyme Maternité par exemple (excellente qualité il faut le dire), chaque pièce coûte plus de 30$-50$. Si on veut éviter faire du lavage aux trois jours, la facture peut monter rapidement!

Mais, il est possible de se faire une garde-robe pas mal du tout pour pas très cher. Il paraît qu'on peut même, avec des doigts de fée couturière, mettre des bandes élastiques sur ses pantalons pour ne pas avoir à en acheter. Je ne sais pas comment utiliser une machine à coudre, donc j'ai pris l'option «achat intelligent»! Voici donc comment, habitant à Montréal, je m'y suis prise.

  1. Kijiji est un site magique! On s'entend, les vêtements de maternité sont portés entre 6 et 12 mois en général (pour 1 ou 2 bébés). Oui les vêtements usagés sont usagés, mais j'en ai vu de pas mal beaux sur Kijiji, pour une fraction du prix original! Un exemple? Une sympathique jeune maman m'a fait payer, pour un costume de bain (je conseille fortement l'achat pour l'été!!!), deux shorts, un legging et un pyjama l'immense somme de.... 15$. Le tout super propre. On se jette sur les vêtements deuxième main donc, via Internet ou les friperies!
  2. Si j'ai relégué aux oubliettes mes pantalons normaux depuis longtemps, il reste que je peux encore porter la plupart de mes chandails. Pour peux qu'ils soient un peu extensibles ou un peu longs à la base, ils me font encore. Les jupes à taille élastique, les pantalons de sports sont aussi portables même avec une bedaine. Avant d'acheter, il vaut mieux faire un tour de ce qui pourra être porté à long terme dans les vêtements qu'on a déjà.
  3. Je ne peux plus fermer mes chemises ou vestons depuis quelques mois déjà, ce qui n'empêche pas de les porter, ouverts, par dessus un autre chandail. Ça permet de changer un peu le look des autres morceaux.
  4. Comme avec les vêtements normaux, on peut trouver des soldes et des bonnes affaires chez les boutiques de maternité. J'ai trouvé par hasard un magasins qui allait fermer... et dont tout le stock était à 50%. 
Les pièces clés selon moi?
  • Une robe passe-partout, qui fait travail-maison-sortie. La mienne est noire, réversible avec un côté avec motifs. 
  • Un jeans
  • Si c'est l'été : costume de bain et un ou deux shorts
  • Deux autres pantalons selon le style de vie (étude/travail)
 J'ai trois chandails de maternité, mais j'aurais très bien pu vivre sans.

Enfin, sachez que H&M et Old Navy (j'en ai vu en magasin) ont des collections pour femmes enceintes. Moins intemporel (je trouve) que Thyme Maternité, mais plus tendance et un peu moins cher. Il y a aussi d'autres boutiques spécialisées comme Motherhood ou Apso Bibi... c'est à découvrir!

En attendant l'arrivée du bébé,

Restez zen!

FD
 

jeudi 13 juin 2013

L'histoire de la plus longue rupture des temps

Cher lecteur, chères chicks,

Aujourd'hui, alors que le soleil est à son zénith par chez nous (c'est le printemps !), je me lance dans un post dédié à la saison des amours. En effet, le temps se réchauffe, les jupes se raccourcissent et les coeurs (mais bien souvent ce sont plus les esprits) s'échauffent. Les couples se forment et l'adjectif subliminal (et non moins sublime) est lancé : "Comme c'est romantique !". Permets moi de t'arrêter en cet instant là de ta réflexion, lecteur émérite et revoyons la notion de "romantique". Je ne me lancerai pas dans une définition du romantisme, "indéfinissable", mais je me refuserai à apposer la puissance d'un tel adjectif à la vue d'un couple de chatons sous un coucher de soleil, ou encore à la banalité d'une historiette d'adolescente que l'on pourrait qualifier de twilightesque (même si la saga Twilight malgré sa míevreté absolue, comporte des séquences hautement romantiques. Disons que si les tourments adolescents de l'un des deux héros les aient conduit vers le chemin de la folie, les poussant à commettre l'impensable ou à rééllement dépérir (et non pas à laisser ce privilège au spectateur seul), elle aurait mérité la désignation de romantique). Ceci étant dit, résumons en un mot : l'amour c'est pas romantique, mais ses souffrances et désillusions ça l'est.

Cette loghorrée diarique va maintenant s'illustrer d'un exemple. Penchons-nous sur le cas discuté, mais pourtant emblématique du court roman de Benjamin Constant, Adolphe. Quid de la diegese ?
En deux comme en un, le bouquin raconte les péripéties d' un jeune homme, Adolphe, qui fait ses premiers pas dans la société (quand on parle de société au 19es, on entend par là les bons cercles de gens un peu friqués, qui font pas grand chose de leur vie à part être en société). Comme bien souvent dans le roman romantique, la chair est faible. Il tombe donc rapidement sous le charme d'Ellénore, belle, fine, et comme bien souvent mariée (avec un ou deux mouflets sous le jupon). S'ensuit alors l'amour interdit, caché, qui devient peu à peu désavoué par les gens, bref rien d'original. Sauf, que si l'amour est fort, le héros est faible, et bon, il va quand même pas s'interdire les bonnes faveurs des grands, pour une erreur de jeunesse, certes jolie, mais un peu collante à la fin. Soyons honnêtes, s'amuser c'est bien, mais assumer les conséquences un peu barbant (une morale digne d'un acteur de télé-réalité). Et nous voilà parti pour le célèbre tango "je t'aime, moi non plus" orchestré par le sieur Adolphe qui nous étourdit de fausses promesses et d'espoir pratique. On ne sait pas vraiment qui l'emportera des deux entre l'amour romantique et l'envie d'indépendance du héros. Dans tous les cas, je suis sortie séduite de ce dépatouillage sentimental que l'on peut résumer avec cette citation  "Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose. » (Tu m'avoueras, lecteur, c'est pas souvent qu'on lit ça !)

Alors, pour plus de lectures non aseptisées, de romans d'été et de tangos enflammés,

Restez branchés,

N.D.

vendredi 19 avril 2013

L'histoire au pays de la lutte ouvrière

Salut chicks émérites (et surtout la future maman dont le ventre doit bien rondir !),

Me revoilà après 3 petits  (keuf keuf) mois, malgré un retour annoncé ! En effet, je fus longtemps en prise avec un travail insurmontable (et d'ailleurs insurmonté), ce qui mit un frein à mes lectures. Je vais quand même tenir ma promesse et vous livre un titre qui a beaucoup plus à la fan de Jane Austen que je suis.

Dans la série héroïne du 18e (siècle, j'entends), robe taille empire et héros ténébreux, un des bons crus du genre reste le roman d'Élizabeth Gaskell Nord et Sud. Qui de l'histoire ? La fille d'un pasteur du Sud (bien) rural de l'Angleterre se voit contrainte de quitter son paradis de pierre (nommé Hellstone) et sa charmante demeure ensoleillé (l'auteur tient bien à cette omniprésence luminescente, tellement que t'as l'impression tout le début du roman d'être dans une pub Ricoré). Mais alors qu'un matin vient de se lever, notre jeune héroïne qui répond au doux prénom de Margaret, se voit contrainte de quitter avec sa famille son domicile pour rejoindre les contrées sinistres de Milton (là aussi, le nom de la ville est plus que révélateur). Notons que cette contrée du Nord de l'Angleterre n'est pas franchement riante avec ses usines et son climat austère. Sans compter que cette ville semble être la quintessence de l'essence de la lutte ouvrière qui sévit en Angleterre au 18e. En bonne fille de son papa, Margaret va aider le pauvre, tout en devant fréquenter les riches industriels, notamment Mr Thornton le patron orgueilleux qu'elle n'apprécie pas particulièrement au début (comme par hasard).

En somme, le roman a ce petit côté dichotomique qui plait bien (le Sud c'est bien, le Nord c'est mal ; Margaret elle est pure et innocente, Thornton il est sombre et calculateur), même si le lecteur est habitué à ne pas se fier à ces apparences (car il a retenu de la lecture de Northanger Abbaye qu'à trop croire à ses préjugés fait perdre un Henry Tilney). Les personnages sont également bien travaillés (même si Margaret a souvent une tête à claques, entre ses bévues et ses remarques préjudiciables), surtout Thornton, le Mr Darcy du monde ouvrier (très bien interprété dans la série BBC, un peu le Colin Firth d'Elizabeth Gaskell).
Si au niveau sentimental et lyrique, Nord et Sud est le parent pauvre d'Orgueils et Préjugés, la dimension sociale proposée par l'auteure (réellement fille de pasteur et ayant été au contact du monde ouvrier) très présente, apporte beaucoup à son oeuvre et lui vaut d'être bien classée dans le palmarès au côté de Jane Austen (en tout cas dans le mien).

Alors pour plus de romans fleur bleue, charbon et minerai (là c'est plutôt du coton dans l'histoire), de passage à l'heure d'été et de romans bien anglais,

Restez branchés,

N.D.

jeudi 18 avril 2013

mardi 2 avril 2013

Avoir un enfant, c'est...

Chère Chicks,

Tu sais, dans la vie, pour n'importe quel projet, il y a des gens qui t'encouragent, et d'autres qui te pointent plus le négatif.

Hum...

jeudi 28 mars 2013

Nouveau sujet de gribouillage : devenir maman

Chère Chicks,

Depuis que j'ai reçu, ou plutôt depuis que je me suis achetée!, un crayon Bamboo pour écran tactile, tu as remarque, j'aime bien griffonner (je ne suis pas Picasso et j'assume)!

Après avoir épuisé mes anecdotes de voyage, voici mon nouveau sujet : la maternité!

Comme d'habitude, ça promet beaucoup d'exagération et une petite dose de réalité. Vive l'auto dérision quoi!

Du coup (il y a des habitudes outre Atlantique qu'on garde), j'espère que vous rirez un peu!

En attendant la fin de semaine de Pâques,

Restez zen!

FD





vendredi 15 mars 2013

Quand on se compare...

Chère Chicks québécoise,

Après un temps de redoux, l'hiver vient nous rappeler que des -10 au mois de mars, c'est la norme / endure.

Console-toi cependant, de l'autre côté de l'océan, l'herbe n'est pas plus verte, elle est même plutôt blanche. Si si, il neige en France.

Voyez plutôt :

http://www.punky-b.com/archive/2013/03/15/douce-utopie/

http://www.etpourquoipascoline.fr/2013/03/20h/


Ça n'aide pas à avoir moins froid, mais on se console ;-)

Et c'est le temps idéal (pas de neige au sol sur les trottoirs) pour essayer la tendance qui était déjà à Paris l'automne dernier et qui débarque en force ici : baskets compensée. Ici de chez Aldo.



Idéal quand on range ses bottes d'hiver et qu'on a pas encore besoin de porter ad nauseam ses bottes de pluie (ce qui ne saurait tarder).

En attendant le printemps,

Restez zen!

FD



mercredi 20 février 2013

Bien habillée

La seule fois où je me suis fait dire que j'étais bien habillée à Paris... Ou plutôt que j'étais spéciale (c'était quand même dit gentiment!!), j'avais l'air de ça...

samedi 2 février 2013

"Alors Voila", le Blog d'Hippocrate



Lecteur, chicks aimées,

Après avoir délaissé ce blog trop longtemps, je reprends les ficelles de ma chronique littéraire, la proue de mon bateau livre, bref, j' envoie à nouveau du lourd côté bouquin. C'est qu'après tant de temps passé loin de la page blanche des posts, j'en ai profité pour passer un peu plus de temps avec un roman avec des vraies pages et des auteurs bien chouettes. Au programme donc, un roman d'amour, la suite de la bio de mon auteure favorie, la version ouvrière d'Orgueils et Prejugés ou encore une mignonette histoire porno (pardonnez l'emphase oxymorique).

Aujourd'hui, je fais fi de mes chroniques de livres datés ( ou comme disent les élèves de français "ça sert à quoi de lire ce livre si l'auteur est mort ?" (logique certes libérale mais peu encouragée)). Oui, je fais dans le court, dans le blog, bref dans le nouveau !

C'est en ce moment et c'est sur le net qu'un phénomène ( le "buzz" pour nos collègues anglophones) s'échauffe. Je ne saurai que trop vous inciter à découvrir le prochain succès en librairie : "Alors voilà". Qui de l'histoire ? C'est le  blog d'un interne en médecine, B. qui raconte tous les jours une anecdote médicale qui lui est arrivée à lui ou à un collègue. Un blog 100 pourcent humain, pour ceux qui veulent connaître l'envers du décor (pourquoi j'attends en salle d'attente) ou savoir ce qu'il se passe dans les têtes des médecins (et ce que font les étudiantes en médecine la nuit) . En gros, un Grey's anatomy à la française (cocorico!) décrite avec une écriture lyrique qui te provoque environ 57 émotions à la seconde. L' auteur est très prolifique ( qui a dit "lui"  ?) et a une bonne verve (en plus d'être un très chic type).
Alors lecteur aimé, si tu veux te réconcilier avec le monde de la médecine, savoir les dessous secrets des hôpitaux, file en vitesse sur le lien suivant : http://alorsvoila.centerblog.net/

Et pour plus de nouveauté, de réconciliations entre métiers, et d'amour dans le monde entier,

Restez branchés,

N.D.


mercredi 23 janvier 2013

dimanche 13 janvier 2013

Les vide-dressings de Montréal : échec!

Chère Chicks québécoise,

En fait, je voulais faire un post sur les blogues québécois de vide dressing, dresser une liste avec les tailles afin que les chicks en recherche de fringues usagées puissent se diriger vers le blogue qui aurait fait leur bonheur.

Mais en fait, je me suis rendue compte que... la plupart des blogues sont soit fermés (dont beaucoup de ceux qui étaient référencés sur l'Annuaire Vide Dressing), soit rendus sur CoinDressing, soit délaissés depuis un bon long moment.

Diantre! (Si j'ai tort, merci merci merci de me donner les liens de vos blogues! J'adorerais les partager!)

Bon bien, ce sera plus dur que prévu tenir ma résolution 2013 : acheter plus usagé. Outre CoinDressing, je peux encore me tourner vers  Kijiji ou les Clothing Swap en attendant un site qui permette une expérience utilisateur digne des magasins. 

Pour les Chicks Françaises, comme je le disais ici : vous avez la chance d'avoir VideDressing et Vestiaire Collective, de vrais sites de magasinage en ligne!

En espérant que vous teniez vos résolutions de la nouvelle année,

Restez zen!

F.D.

mardi 8 janvier 2013

Soupe orge et légumes

Chère Chicks Canadienne,

Si comme cette semaine tu manies la pelle sans relâche, voici de quoi te soutenir après l'effort. Et te réchauffer. 

Ou si tu habites à Paris pendant trois mois et que tu as des ingrédients limités (expérience vécue? nooooooon!) : c'est une recette à peu de frais!




Ingrédients
  • Légumes de saison : carottes, céleri, oignon... 
  • Bouillon (je «trippe» sur le bouillon huile d'olive de Knorr, que j'ai trouvé à Paris)
  • Orge ou nouilles
  • Fines herbes







Comment faire?
  • Chauffer un peu les légumes coupés dans l'huile d'olive
  • Rajouter le reste avec de l'eau
  • Bouillir jusqu'à ce que l'orge/nouilles soient tendre




 Bon appétit et ... restez zen!

F.D.












vendredi 4 janvier 2013

Comment reconnaître une Québécoise à Paris?

Chère Chicks,

C'est un vrai dialogue que j'ai eu avec fois mecs en sortant du boulot à Paris. Surprenant, surtout qu'il me semble que la froideur des Parisiennes, même si les Parisiens le disent et redisent, n'est pas tellement vraie. Ou ai-je eu que les bonnes expériences?



mercredi 2 janvier 2013

Vide-Dressing

Chère Chicks,

Dans une tentative pour faire de la place dans ma chambre, voici si ça te tente une petite sélection de mes vêtements à vendre!

On peut les retrouver sur VideDressing.fr, soit ici : Vide Dressing FanID

Our sur Kijiji : ici

Plus pour ceux qui habitent Montréal!

En attendant de finir le ménage!

Restez zen!

F.D.